Divagations du soir, espoir ?

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Viaduc (de Guise)

– Que le diable vous étrangle ! murmura Sikes en grinçant des dents ; je voudrais bien vous tenir, les uns ou les autres, je vous ferais hurler encore plus fort…

Et voilà. Encore un coup ça ne loupe pas ; il dort. À quoi ça sert de lui lire des trucs d’aventures oussqu’on en a partout plein les mirettes pour qu’il me lâche à la première demi-page ? Non parce que moi, j’aimerais tout de même bien connaître la suite – et je ne peux pas lui faire le coup de progresser en loucedé dans l’histoire.

Lire la suite

Hérédité

Il fallait dire que la proposition était alléchante. Le notaire me l’avait dit lors de la succession, mais aurais-je simplement l’envie et le courage, le courage surtout, de m’occuper de tout ça ? Sans compter que je n’étais pas vraiment venu là pour ça, au départ, et que ça ne serait pas forcément du goût de Castor, cette affaire-là. Plutôt bonne pâte, le gamin, mais faudrait quand même voir à pas lui vendre des lampions pour des étoiles.

Lire la suite

Le pire aîné des Pyrennées

L’homme est au moins aussi étrange que son logis. C’est un philosophe silencieux comme les solitaires, abritant sa méfiance de paysan sous d’épais sourcils broussailleux.

C’est exactement le passage qui me revient en passant le seuil de chez René. Nous l’avions connu dans la force de l’âge, râblé et fort en gueule, et je retrouve un curieux vieil homme, noueux comme un cep, devenu un étranger avec les années. Heureusement, la malice de son regard me confirme que René est bien là, dans ce corps que les couches sédimentaires de l’âge ont forcé à s’assagir.

Lire la suite