Tanaron, le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Et maintenant, une page de publicité...

Hé oui, fourbe et vil que je suis, quinze jours après vous avoir promis une mise à jour c’est toute honte bue que je vous livre une méchante et vile information à caractère vénalement autopromotionnel.

C’est là, c’est bientôt, venez nombreux, je vous aime… Ceci dessous est une copie du courriel adressé à mes contacts.

les chtites et moins chtites nouvelles de Noé Cendrier

Vous recevez ce courrier parce que, d’une manière ou d’une autre, vous avez manifesté de l’intérêt pour ce que je fais… Si vous ne voulez plus avoir de mes nouvelles (dont je vous abreuverai sur une cadence aléatoire commandée par l’actualité), j’en serai fort marri, mais faites-le moi savoir : mon propos n’est pas de vous importuner ! Dans le cas contraire, je compte sur vous un de ces soirs… et, surtout, parlez-en à vos amis, parents, cousins de Bretagne et oncles d’Amérique.

Back on stage

« Unique au monde ! »
au cœur de Paris !

vendredi 12 mai à 20 heures 30
à l’espace Saint-Honoré, Paris ier
62, rue Saint-Honoré
M° Châtelet / Les Halles / Louvre
places 10 €

Vous n’allez pas le croire, avisé-e-s lecteur-trice-s de cette talentueuse lettre-info : certains parmi vous n’ont toujours pas vu LA fantaisie post-apocalyptique ultime, écrite et interprétée par le Noé, bien que tous ceux qui ont déjà visité le site ou reçu quelques exemplaires de la présente lettre sachent que je parle naturellement ici d’« Unique au monde ! » – et je crois le moment venu de placer un point avant que la phrase ne dépasse une longueur critique. Il était donc indispensable de donner une nouvelle chance à celles et ceux d’entre vous qui ont raté l’occasion d’apprécier ce bien beau moment de théâtre, ou dont les amis auraient manqué d’être avertis, ou qui voudraient le revoir ou… trouvez vous-même une bonne raison de venir et vous gagnerez une bise sur chaque joue ! Sur la pièce, l’essentiel de ce qu’on pourrait en dire à titre promotionnel se trouve ici, je vous parlerai donc plutôt du bien chouette petit lieu qui accueillera cette représentation : ce charmant endroit a démarré cette année une programmation chanson/humour le vendredi soir, qui mérite d’être soutenue et accompagnée. Je ne saurais trop vous recommander de jeter un œil à l’ensemble de cette sélection raffinée, en attendant d’avoir le plaisir de vous y retrouver dans un peu moins de trois semaines…

Toujours en ligne

Tanablog
trop je raconte ma life sur internet

Je vous épargnerai un nouveau grand discours sur le blog, son histoire et sa vie à travers les âges… juste pour vous signaler que même s’il bouge à peine ces derniers temps, le mien est toujours en ligne et que certains d’entre vous ne m’ont pas encore fait l’aumône d’un commentaire  :-p !

À bientôt pour de nouvelles aventures !

PS: Ah ! heu… si certains d’entre vous sont intéressés par une adresse Google mail, n’hésitez pas à me le faire savoir : j’ai des invitations.

PPS : les plus observateurs parmi les habitués auront noté un changement de présentation dans la lettre : c’est juste pour que le moins de monde possible pâtisse des limitations dûes au mode de consultation… Mais vous pouvez retrouver les news « classiques » en cliquant sur l’image en haut, ou pour la « copie intégrée au site » de cette lettre ici !

et si si oui oui, le blog reprendra vie, je l’ai lu dans les étoiles du cosmos, mais la vie est mal faite, l’informatique traîtresse et le mistral gagnant, du coup voilà-la-vie-tout-ça, mais qu’on se le dise : que les photos d’Elinor se décident ou non à pointer leur nez, je reposterai, et sur Tanaron, encore !

Commentaires

1. Le mercredi 26 avril 2006, 10:02 par a n g e l

mon dieu il respire

IL EST VIVANT!

2. Le mercredi 26 avril 2006, 13:31 par Lomalarch

La réanimation a commencé... mais le pronostic est encore réservé !

Merci, en tout cas : s'il y a un truc qui fait plaisir, c'est de ne pas avoir découragé tout le monde ! :-D

3. Le lundi 5 juin 2006, 12:08 par Ceskal

Gna !

Heu, pourquoi tout le monde est à Paris ?

C'est gonflant, merde kwa !